1327859-prodlibe-2020-1606-societe-fait-divers-racisme.jpg




Tribune. Votée à l’unanimité le 23 juillet au Conseil de Paris, la mise en place de la gratuité des transports en commun pour les Parisiennes et Parisiens de moins de 18 ans est une excellente nouvelle. En plus d’être une avancée pour la gratuité, dont les expériences se multiplient et sont systématiquement une réussite, cette mesure est un outil indispensable de lutte contre les fractures sociales et territoriales.

Mais justement. Nous aussi, nous voulons la gratuité pour nos jeunes Francilien·nes.

Nos départements et communes sont nombreuses à aider et subventionner le transport des adolescent·es, indispensable pour se rendre sur son lieu d’étude, de travail ou effectuer des entretiens – sans parler de l’importance de l’accès aux lieux de loisirs, de culture et d’équipements sportifs. Mais à la différence de Paris, nous n’avons pas les moyens de leur proposer, seuls, la gratuité.

A lire aussiPionnier des bus gratuits, Dunkerque suscite l’intérêt de nombreuses villes 

Nous n’en avons pas les moyens, car faire supporter les subventions aux échelons les plus petits revient à faire payer nos habitant·es, dont les moyens sont largement inférieurs aux revenus médians des Parisien·nes. Les politiques de transports sont une compétence régionale, c’est donc à la région de payer pour la gratuité de tou·tes les Francilien·nes.

En réalité, sans élargissement sur toute l’Ile-de-France, cette mesure sociale accentuera les inégalités financières entre Parisien·nes et banlieusard·es. Paris ne peut plus penser sans regarder au-delà du Périphérique. Nombre de parents qui font vivre Paris, en y travaillant et y dépensant, n’ont même plus les moyens de s’y loger et financent indirectement des politiques avantageuses auxquelles ils ne peuvent accéder.

Nos jeunes écolier·es, collégien·nes, lycéen·nes, apprenti·es sont d’ailleurs celles et ceux qui ont le plus à se déplacer pour accéder à leur lieu d’étude ou de travail, mais sont aussi les moins bien desservi·es, les plus éloigné·es et donc les plus susceptibles de choisir la voiture dès qu’ils le pourront. Pour décarboner l’Ile-de-France, offrir la gratuité à cette génération de Francilien·nes est indispensable.

Au lieu de cela, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités, n’a eu de cesse depuis son élection d’augmenter à tout-va les tarifs des abonnements et des tickets de transport.

Selon les derniers chiffres de l’Insee, il y avait 1 061 313 jeunes de 11 à 17 ans résidant en Ile-de-France en 2017. Leur offrir la gratuité – sur la base du forfait imagine R à 350 euros par an – aurait un coût maximal de 371 millions d’euros. Le budget annuel de plus de 10 milliards d’euros d’Ile-de-France Mobilités le permet.

Non seulement nous en avons les moyens, mais nous sommes également prêt·es à participer à un effort collectif de financement solidaire, à condition de répartir justement selon le nombre d’usagers croisé au revenu moyen par habitant de nos collectivités respectives.

L’Etat doit également y prendre toute sa part. Alors qu’Emmanuel Macron est en train de dérouler les mesures de la Convention citoyenne pour le climat qui appelle notamment à «généraliser les mesures tarifaires attractives déjà pratiquées par certaines régions», qu’attendons-nous pour effectuer un double coup social et écologique ?

Premier·es signataires : ABOMANGOLI Nadège, LFI, vice-présidente du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis chargée de la politique de l’habitat, conseillère municipale et territoriale de Pantin ; ASENSI François, PCF, Maire de Tremblay-en-France ; BAKECH Lara, Citoyenne, Conseillère municipale d’Alfortville ; BEDREDDINE Belaïde, PCF, vice-président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis chargé de l’écologie urbaine ; BENSAID Murielle, LFI, Conseillère municipale et territoriale de Montreuil ; BUFFET Marie-Georges, PCF, Députée de la Seine-Saint-Denis ; CAPANEMA Silvia, PCF, vice-présidente du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis chargée de la jeunesse et de la lutte contre les discriminations ; CELATI Françoise, LFI, Conseillère municipale déléguée à l’alimentation et conseillère territoriale de Noisy-le-Sec ; CHESNEAUX Thomas, LFI, Conseiller municipale et territorial de Montreuil ; CINCET Virginie, LFI, Conseillère municipale de Villiers-sur-Marne ; COQUEREL Eric, LFI, Député de la Seine-Saint-Denis ; CORBIERE Alexis, LFI, Député de la Seine-Saint-Denis ; DAUMONT-LEROUX, LFI, Conseiller Municipal de Fontenay-sous-bois ; DINNER Nathalie, LFI, vice-présidente du Conseil départemental du Val-de-Marne chargée de l’habitat, du logement, du renouvellement urbain, de la logistique, des affaires juridiques et patrimoniales ; FENASSE Delphine, LFI Adjointe au maire déléguée à l’Enfance de Fontenay-sous-bois ; FRACHON Paule, LFI, Adjointe au logement de Fresnes ; GALERA Richard, LFI, vice-président d’Est-Ensemble chargé de la jeunesse ; GLEMAS Dominique, Conseillère municipale de Montreuil ; GRYMONPREZ Nathalie, LFI, Maire adjointe chargée du développement économique, de l’emploi, de l’insertion et de l’ESS de Chevilly-Larue ; KADDOUR Mathilde, Citoyenne, Conseillère municipale de Saint Maurice ; LABBE Pascale, PCF, Conseillère départementale déléguée de la Seine-Saint-Denis chargée de l’Égalité Femmes-Hommes et de l’Observatoire des Violences envers les femmes, Maire Adjointe de Noisy-le-Sec ; LACHAUD Bastien, LFI, Député de la Seine-Saint-Denis ; LANOË Dominique, LFI, Maire-adjointe en charge affaires scolaires de Cachan ; LAPORTE Pierre, LFI, vice-président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis chargé de la solidarité ; LECLERC Patrice, PCF, Maire de Gennevilliers ; MADAULE Olivier, LFI, Adjoint à la santé de Montreuil ; MARTINEZ Raphaëlle, LFI, Conseillère municipale déléguée à la prévention et la tranquillité publique de Fontenay-sous-Bois ; METTEY Thomas, LFI, Adjoint à la politique de la ville de Montreuil ; MICHEL Stéphanie, LFI, Conseillère municipale déléguée de Fontenay sous bois ; PEU Stéphane, PCF, Député de la Seine-Saint-Denis ; RUBIN Sabine, LFI, Députée de la Seine-Saint-Denis ; SADI Abdel, PCF, Maire de Bobigny ; SERON Nina, LFI, Conseillère municipale de Vitry-sur-Seine ; TAIBI Azzédine, PCF, Maire de Stains.


des élus de départements et de communes d’Ile-de-France





Source link

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *